Sélectionner une page

Bref résumé des épisodes précédents. Comme dans la plupart des pays méditerranéens, la vigne est implantée en Espagne depuis plusieurs millénaires. Le savoir-faire et l’amélioration des techniques de production se sont donc transmises de génération en génération de vignerons. A ces relais naturels, s’est ajoutée également l’expérience des producteurs français, notamment de Bourgogne et du Bordelais qui, à des époques différentes est venue enrichir l’état de l’art local. Par ailleurs, le pays jouit naturellement de terrains et de climats propices à la culture de la vigne. Malheureusement cette lancée a été brisée pendant la dictature de Franco à partir de 1939 qui a eu, entre autres, pour conséquence de mettre le pays à l’isolement et de le plonger dans un marasme économique conduisant l’ensemble de la production espagnole à baisser en qualité. C’est l’époque des gros volumes de vins assez alcooleux. L’avènement de la démocratie à partir de 1975 puis l’entrée dans l’Union européenne en 1985 ont permis de remettre l’Espagne dans le concert des nations et ont largement permis aux Bodegas de renouer avec la qualité d’antan. Aujourd’hui et depuis une trentaine d’années, la viticulture en Espagne est en pleine effervescence avec de nouvelles générations de wine maker. La montée en qualité est indéniable. Les grands critiques internationaux encensent les vins espagnols et la suite de l’histoire reste à écrire. La philosophie de Don Diego c’est de s’inscrire dans cette dynamique et offrir au public de pouvoir connaître et goûter la qualité espagnole.